dimanche 30 avril 2017

Les Puissants, tome 1 : Esclaves de Vic James


* Chronique de Julie *


"Il n'y a pas de magie plus puissante que l'esprit humain, avait dit Jackson lors de la 3ème et dernière réunion du club. Luke commençait à oser espérer que c'était vrai."


Auteur : Vic James
Édition : Nathan
Genre : jeunesse, développement personnel
Année de parution : 2017
Pages : 428







Résumé : 

Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage.

Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent livres et gouvernent le pays.

Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de les emmener accomplit en famille leurs jours d'esclavage.
Abi devient domestique au service de la puisse famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité des luttes de pouvoir sans pitié.
Le sort de Luke n'est guère enviable, puisqu'il est exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s'épuise à la tâche. Cependant, d'autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu'il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.


Avis :

Merci aux éditions Nathan pour ce service presse.

Ce livre porte sur l'esclavage et comme toutes histoires de ce genre on y lit des atrocités perpétuées par les puissants tandis que les esclaves doivent encaisser. Mais plus que cet aspect, ce livre porte un message d'espoir lorsqu'une poignée décide de dire "stop" et que par leurs actions d'autres se joignent à eux. Ces autres, trop soumis ou terrifiés des représailles pour agir seul, se lèvent et accompagnent les initiateurs d'une rébellion.

La ligne de base de cette histoire est simple : un minuscule pourcentage de la population sont Doués, c'est-à-dire qu'ils possèdent un Don effrayant et merveilleux allant de la guérison express à la télékinésie et télépathie destructrice. Face à ces personnes se trouvent les autres, les sans Don. Ces derniers doivent 10 ans de leur vie à l'Etat ou à l'une des familles Douées, ces 10 ans d'esclavages sont réalisés quand bon leur semble, mais sans leur réalisation aucun d'entre eux n'est considéré comme citoyen. Aucun d'entre eux ne peut espérer un jour avoir un poste à responsabilités.

Ce fut pour moi une bonne découverte. On y suit l'histoire d'une famille, sans Don qui décide de commencer ces Jours, ces 10 ans d'esclavage. Grâce à l'ingéniosité de la fille ainée : Abi, ils vont pouvoir passer ces 10 ans au service d'une Famille, la plus puissante : les Jardine et non pas dans une ville d'esclaves. Malheureusement, Luke, son frère cadet va être redirigé (plutôt violemment) vers la ville d'esclaves Millmoor. Tout ça parce que les Jardine ne l'estime pas nécessaire, autrement dit ils n'ont rien à lui faire faire.

Le récit est vu à travers les yeux des différents protagonistes, Abi et Luke bien sûr mais également Gavar, Bouda, Silyen et d'autres faisant parti des Doués. A travers leur yeux, l'histoire est complète, on évolue parmi les différents personnages facilement, on ne s'y perd pas une seconde. Un défi étant donné le nombre de personnage dont l'ont a le point de vu au fil des pages.

L'histoire est découpée en 2 lieux : le domaine des Jardine et Millmoor. Les deux se complètent et se suivent, se superposent parfois.

Millmoor, une ville d'esclave où respirer est un défi de chaque instant, la cité est si polluée qu'elle est en permanence envahi de brouillard de pollution. La nourriture est infecte, le travail est difficile et dangereux, mortel. 10h par jours voir plus pendant 6 jours. Et cela sans compter les passages à tabac par les membres de la sécurité. Les esclaves ne sont qu'un numéro. Au cours de cet ville Luke rencontre une petite fille Rénie "rime avec génie" et par son biais trouve un espoir : la rébellion. 

De l'autre côté du pays : le domaine des Jardine. Une prison dorée où les esclaves doivent se tenir à carreau et faire ce qu'on leur demande. Certains aspects de cette famille sont révoltant, tandis que d'autres nous amène à la compassion. A travers les membres de cette famille, on en apprend beaucoup sur la politique du pays (la Grande-Bretagne) dans lequel ils vivent. J'ai vraiment apprécié cela, car ce n'est pas juste l'histoire d'une famille sans Don, mais bien l'histoire d'un pays, d'une rébellion et d'un combat pour la liberté ou l'oppression selon votre ascendance (Doué ou Non).

Contrairement à beaucoup d'histoire que j'ai pu voir ou lire sur des rébellions contre un système, où on a habituellement que l'avis des opprimés, on a ici l'avis des oppresseurs en toute impartialité. Et ça, c'est la force de ce livre.

Je ressors de cette lecture avec l'espoir que la liberté reprendra ces droits.

Un esclavage "volontaire" reste de l'esclavage... A ceux qui souhaite découvrir l'envers du décor d'un monde où l'esclavage est une obligation légale...

vendredi 28 avril 2017

Once Upon a Book #17

Aujourd'hui, je vous parle d'une box livresque : La Once Upon a Book.

C'est une box avec un thème qui change tous les mois qui contient une sélection d'ouvrages, des gourmandises et des surprises correspondant à vos envies. Il existe plusieurs box pour différents budgets ou occasions.

Ce mois-ci le thème était : Mystère en Angleterre


Un thème qui m'intriguait énormément et j'avais vraiment hâte de recevoir cette box. 
Alors voyons tout de suite ce qu'elle contient.


Tout d'abord les petits goodies : 

 - Une carte avec une jolie citation : "Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, si improbable soit-il est nécessairement la vérité". Sherlock Holmes
- Trois petits bonbons qui ont été très vite mangés ! 
- Deux sachets de chocolat Milka pour se faire une délicieuse boisson chaude pendant la lecture

Passons aux livres de la box : 

Vert émeraude de Kerstin Gier
Gwendolyn a-t-elle jamais été une lycéenne comme les autres ?
Pour son premier vrai chagrin d'amour, en tout cas, elle aimerait bien faire comme toutes ses copines : pleurer des heures au téléphone et se gaver de chocolats. Mais pas question, les Veilleurs du temps ont besoin d'elle.
Pire, c'est avec Gideon lui-même, celui qui lui a brisé le coeur, qu'elle doit repartir en plein XVIIIe siècle, affronter un drôle de comte, soit-disant immortel.
Plus question de pleurer, il faut agir !

Le livre du mois est : 

Le mystère Black Thorn de Kevin Sands
Londres. 1665. Christopher Rowe, 14 ans, est apprenti chez Benedict Blackthorn, un apothicaire renommé. Celui-ci l'a pris sous son aile il y a quatre ans et lui a enseigné tous les secrets de fabrication des potions et remèdes. Mais, depuis quelques mois, l'angoisse pèse sur Londres : une organisation occulte s'attaque aux érudits de la ville. Trois apothicaires ont déjà été assassinés. Et la menace semble se resserrer de plus en plus autour de l'officine de Benedict Blackthorn... Jusqu'au jour où Chris découvre un message codé de son maître bien-aimé avec un avertissement : n'en parle à personne...

Voici pourquoi les filles qui préparent la box l'ont choisis : 
Une série de meurtres dans le Londres des années 1660, une organisation secrète et une menace qui plane. Voici un roman passionnant et imprévisible où l'auteur vous invite à résoudre l'énigme avec et avant son héros ! Préparez-vous, une fois lancés il sera impossible de vous arrêter...

Je participe au challenge 12 mois / 12 genres organisés par la box. Ce mois-ci le genre à l'honneur était la Fantasy. Voici le livre choisi : 


La rusalka de Erin Bow
Il y a le Skara rok, "la mauvaise période", la canicule qui a détruit les cultures. Puis, une épidémie de "fièvre des sorcières", à laquelle ont succombé bien des gens, dont le père de Kate. Enfin, l'hiver, et la famine... Pour survivre, Kate, orpheline, affamée, ne possède plus que ses outils de scultrice et l'ancien établi de son père dans lequel elle se réfugie la nuit.
Un jour arrive Linay, un étranger albinos, un "sorcier blanc", à la recherche d'une ombre pour pouvoir tisser un sortilège puissant. Kate lui semble une proie bien facile.
Mais une ombre ne se vole pas, elle doit être donnée librement. Et Kate lui refuse la sienne. Alors, Linay multiplie les miracles autour d'elle pour faire naître la suspicion à son égard. Accusée de sorcellerie, Kate risque le bûcher et doit donc fuir son village, démunie de tout. Elle n'a d'autre recours que de céder son ombre à Linay, pour obtenir de lui quelques moyens de subsistance. En échange, car l'usage de la sorcellerie exige toujours un don, il concède la parole à son petit chat - le voeu inavoué de l'orpheline : un compagnon pour briser sa solitude.
Kate ignore encore que le sortilège qui se servira de son ombre a pour but d'assouvir une terrible vengeance. Et que son destin est maintenant lié à celui de la rusalka.

Et comme je suis une fidèle à la box en la recevant tous les mois, j'ai eu une petite surprise supplémentaire avec un recueil de nouvelles :


Polars en série
Quel est le lien entre des sandales neuves, un Roméo ambitieux, une jeune femme indienne et les Rolling Stones ? Dans ce recueil de nouvelles policières, la chute est toujours inattendue.
De Paris à Tanger, de la Riviera à l'Inde, ce sont des amants malheureux, des rencontres improbables et des crimes mystérieux.
Huit auteurs de talent se prêtent ici au jour de l'écriture noire : avec humour, tendresse ou férocité, ils promènent leur plume dans les entrelacs du hasard et mêlent habilement passions, désillusions et cauchemars éveillés.

Autant vous dire que je suis, encore une fois, satisfaite de ma box. Le premier livre est un livre que j'avais sélectionné dans la liste du mois, il va me permettre de terminer cette série. Le livre du mois est très intriguant et j'ai hâte de me plonger dans cet univers mystérieux. Quant au livre du challenge, j'espère y prendre plaisir à sa lecture. Le mois dernier je n'ai pas réussi à le lire mais je pense que c'est dû à une petite baisse de moral où j'avais plutôt envie de lecture légère et non d'un drame...

Le thème du mois prochain est : Viking et le genre du challenge sera l'historique. 

Alors vous allez vous laisser tenter par cette box ?

jeudi 27 avril 2017

Bloc 11 de Piero Degli Antoni


*Chronique de Sandrine*

"La proximité de la mort provoque toujours des effets curieux. Certains deviennent des lâches, d'autres des héros."

Auteur : Piero Degli Antoni
Éditions : Archipel
Genre : Drame / Historique
Année de parution : 2016
Pages : 269

Résumé :

New York, milieu des années 1990. Par une journée ensoleillée, Moshe, un vieil homme, entend une expression allemande qui le ramène cinquante ans en arrière.
Auschwitz, 1944. Trois prisonniers viennent de s'évader. Par mesures de représailles, le commandant du camp désigne dix détenus. Cependant, au lieu de les exécuter, il les enferme une nuit dans le bloc 11.
Au petit matin, ils devront désigner celui d'entre eux qui sera fusillé. Pendant ce temps, le commandant se livre avec son jeune fils à une étrange partie d'échecs.
Moshe se souvient de cette nuit-là en effectuant un terrible voyage au tréfonds des ténèbres. C'est alors qu'un inconnu sonne à sa porte...

Avis : 

Je ne suis pas une adepte des huit-clos car j'ai toujours peur de m'ennuyer... Pourtant, j'ai eu de bonnes surprises par le passé comme avec le frissonnant "Vertige" de Franck Thilliez.
À la lecture du résumé de ce livre, j'ai donc été septique quant à son contenu surtout que je ne l'avais pas choisi moi-même mais reçu dans une de mes box "Once Upon a book".

On plonge dans les années 1990 à New York. Moshe, un vieil homme, entend une expression allemande qui le ramène vers de sombres souvenirs, plus précisément lors de son séjour dans le camp de concentration d'Auschwitz en 1944. À cet époque, à cause d'une évasion, un commandant allemand choisi dix déportés et va les placer dans le bloc 11. Ils ont alors une nuit pour décider qui devra mourir au matin... 
Pendant ce temps-là, le commandant joue une étrange partie d'échec avec son fils.

L'auteur nous plonge dans un univers sombre et violent. On s'imprègne dès les premières lignes de l'atmosphère pesante qui règne. En même temps, grâce aux cours d'Histoire, le lecteur peut très facilement imaginer toute l'horreur qui se passe dans ce camp de concentration avec ces nazis qui sont loin de prendre des décisions très humaines et jouent avec la vie des personnes comme si ce n'était que des objets. L'auteur s'est très bien renseigné sur le sujet. Il s'est aidé notamment d'un témoignage d'un ancien détenu. De plus, il intègre tout un vocabulaire allemand pour rendre l'histoire encore plus réaliste, plus vivante (les traductions sont à la fin du livre pour que le lecteur ne soit pas perdu). Toutes ses recherches s'en ressentent lors de la lecture et rend le récit bouleversant de vérité.

Les personnages sont tous différents avec des caractères plus ou moins forts. Chacun défendra sa vie avec conviction et débattra sur celui qui devra mourir en raison de son comportement dans le camp ou dans sa vie passée, ou encore son statut d'avant (homme de pouvoir, homosexuel, vieux ou encore commerçant). Ces débats permettent au lecteur d'avoir toute une réflexion sur le pouvoir du regard des autres et de ce qu'il en ai vraiment lorsque l'on gratte la surface. 

La partie d'échec du commandant prend une tournure inattendue. Cela m'a vraiment surprise mais m'a fait froid dans le dos. Le commandant est un personnage plus que détestable, qui joue avec la vie de ces dix personnes comme si ce n'étaient que des pions d'un jeu auquel une seule issue est possible : la mort. Et faire cette partie d'échec face à son fils qui n'est pas bien vieux, c'est vraiment immorale et cela permet de voir que le rôle de parents est déterminant quant à la pensée et à la philosophie future des enfants.

À la fin de cette lecture, on en ressort pas indemne de cette histoire glaçante menée d'une main de maître avec des personnages attachants et un commandant cruel et sadique à souhait. Encore une fois, j'ai été surprise par ce huit-clos dans lequel je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

Une très belle surprise ! À lire lorsqu'on a un moral d'acier par contre...